Recrutement d'un Consultant/Cabinet pour le developpement des modules de formation sur '' le Voile de l'ignorance'' pour le projet Woumtaaba

Votre PANIER est vide
connectez-vous ou inscrivez-vous et faites vos achats

Localité: 

  • Ouagadougou
Vendredi, 11 Mars, 2022 - 21:43

Annonceur

Search For Common Ground (SFCG)
Professionnel

Objet de l'annonce: 

Recrutement d'un Consultant/Cabinet pour le developpement des modules de formation sur '' le Voile de l'ignorance'' pour le projet Woumtaaba

OUAGADOUGOU, BURKINA FASO /
PROGRAMS – AFRICA - WEST /
CONSULTANT-LOCAL/INTERNATIONAL
APPLY FOR THIS JOB

A PROPOS DE L'ONG
Search For Common Ground (SFCG) est une Organisation Non Gouvernementale internationale qui œuvre dans le domaine de la paix à traverser la transformation des conflits. Elle est présente dans 34 pays au monde. Au Burkina, elle a commencé ses interventions en 2011 et dispose actuellement d'un (1) bureau de coordination à Ouagadougou et des bureaux terrains dans 7 régions. Rechercher des connaissances et rencontré en œuvre en œuvre des programmes multiformes, culturellement adaptés et sensibles aux conflits en utilisant une gamme variée d'outils, y compris les médias et la formation, pour promouvoir le dialogue, évaluer et évaluer un changement positif dans les mentalités.
 
A PROPOS DU PROJET
Au Burkina Faso, les régions du Sahel et du Centre-Nord sont en proie à des conflits violents liés à la présence de groupes armés non-étatiques avec pour conséquence le déplacement massif de populations. En 2020, les groupes extrémistes violents affiliés à Jamaat Nusrat al-Islam wal Muslimeen(JNIM) et l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) auraient été responsables de la mort de 190 personnes dans la région du Sahel et 10 dans la région du Centre-Nord.
1. L’insécurité structurelle à laquelle fait face la population a conduit à la résurgence de milices d’autodéfense à base communautaire appelées "Koglowego". Ces groupes se substituent à l’État pour assurer le maintien de l’ordre
2, et sont suspectés d’être impliqués dans des exécutions sommaires contre les populations civiles, comme à Yirgou le 1er janvier 2019, où ils auraient participé à l’exécution de près de 210 civils
3. A cela s’ajoute la création des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP), un groupe d’auto-défense formé à l’appel du gouvernement, chargés d’appuyer les FDS dans leurs opérations
4. Bien qu’il existe des textes de loi qui régissent leur mise en place et leur fonctionnement, le manque de transparence du processus de sélection, de formation et d’encadrement des VDP, ainsi que les abus qui en découlent risquent d’alimenter le cycle de violences et de renforcer les divisions. Au-delà des dilemmes sécuritaires posés par la présence des groupes armés, les violences intercommunautaires sont renforcées par la stigmatisation des membres de la communauté Peulh en particulier, accusée de soutenir les groupes extrémistes
5. Ces discours, qui sont relayés par certains médias locaux et sur les réseaux sociaux, exacerbent davantage la polarisation intercommunautaire. De plus, les exactions commises par les forces de défense et de sécurité (FDS) renforcent la méfiance des populations envers les autorités et profitent aux groupes extrémistes violents qui s’appuient sur ce sentiment d’injustice et d’insécurité pour rallier de nouveaux membres
6. En juillet 2020, par exemple, plus de 180 personnes identifiées comme peules, auraient été exécutées par des FDS aux alentours de la ville de Djibo (Sahel). Ces dynamiques n’épargnent pas non plus les femmes, qui représentent la majorité des PDI et sont particulièrement exposées aux violences basées sur le genre, en particulier les violences sexuelles, tout en prenant part de façon indirecte aux conflits.
Dans ce contexte, il apparaît nécessaire d'adopter une approche holistique pour répondre aux causes profondes de la crise, passant à la fois par : i) la prévention des violences communautaires dans l’immédiat, à travers la mobilisation positive des jeunes et des femmes ; et ii) le renforcement de la cohésion sociale à plus long terme, à travers l’approche "nexus humanitaire développement-consolidation de la paix (HDP)”. Reconnaissant le rôle des FDS (responsables de 44% des décès parmi les civils en 2020 incluant la police et les militaires) et des milices communautaires dans les dynamiques conflits (responsable de 12% des décès en 2020), le projet vise à la fois à améliorer la cohésion sociale horizontale (inter/intra-communautaire) et verticale (Etat-populations). Sur la base des leçons apprises des programmes mis en œuvre par Search, le renforcement de la collaboration entre les autorités, les FDS et les populations permettra également de contribuer à la protection des populations. Par ailleurs, bien que le projet n’impliquera pas les groupes extrémistes violents (responsables de 41,2% des décès en 2020), il permettra de renforcer la résilience des populations aux facteurs qui contribuent à leur recrutement ou leur soutien, tout en réduisant les risques de stigmatisation de certaines catégories/communautés assimilées à ces groupes qui alimentent les conflits intercommunautaires existants, y compris par le biais des productions média. Afin de jeter les bases d’une stabilisation à long terme, des synergies seront activement recherchées avec les acteurs du développement, dont l’organisation Cowater qui également financée par Affaires Mondiales Canada au Sahel, dans l’optique d’agir à la fois sur le renforcement de l’accès aux services de base, la rupture de confiance entre gouvernants et gouvernés, et la prévention des conflits violents.
Search for Common Ground (Search) développe ainsi une initiative de 18 mois visant à réduire la violence inter-communautaire et renforcer la cohésion sociale dans les régions affectées par les déplacements de population au Burkina Faso (Centre-Nord et Sahel).

OBJECTIFS

  •  

    • Objectif spécifique 1 : Renforcer la protection des populations et réduirelesrisquesdeviolencescommunautairesimmédiatesàtravers des initiatives portées par des jeunes hommes et femmes leaders en collaboration avec les autorités et les médias?

    • Objectif spécifique 2 : Répondre aux causes structurelles et récurrentes des conflits à travers le renforcement des mécanismes de gestion de conflit et la mise en œuvre de projets de stabilisation.

    • Pour atteindre ces objectifs, les résultats suivants sont escomptés :

    •  Résultat escompté 1.1 : Les jeunes hommes et femmes leaders collaborentactivementaveclesautoritésformellesetinformelles,dont les acteurs de la sécurité, pour mettre en œuvre des stratégies de protection et de cohésion sociale inclusives et sensibles au genre.

    • Résultat escompté 1.2. Les professionnels des médias et les influenceurs ont accès à des ressources et des plateformes pour favoriser la cohésion sociale en prévenant les messages de haine et produisant des contenus médiatiques sensibles au conflit.

    • Résultat escompté 2.1. Les observatoires de l’Observatoire National de Prévention et de Gestion des Conflits Communautaires (ONAPREGECC) ont les savoir-faire et l’appui nécessaire pour mener à bien leur mission de prévention des conflits communautaires de manière inclusive, sensible au genre et effective.

À propos de l’approche « VOILE DE L’IGNORANCE »

    • C'est une méthode pour établir la moralité d'un problème qui s'appuie sur l'expérience de pensée consistant à se mettre dans une position originelle et à faire abstraction de ses goûts, ses attributs et sa position dans l'espace social. Le VOI est un exercice inspiré de la théorie de la justice de John Rawls visant à créer les conditions d’un échange dans le cadre duquel les participants de groupes en conflit prétendent ignorer l’origine sociale, ethnique, l’âge, le sexe, etc. des autres pour définir collectivement les conditions permettant de renforcer la cohésion sociale à l’échelle locale. 

    • L'objectif de cette prestation sur le «VOILE DE L’IGNORANCE» est d’offrir aux initiatives de peacebuilding un moyen systématique afin de promouvoir la paix dans les communautés divisées par la violence armée, tout en développant des outils rigoureux pour analyser les progrès et l’impact du projet. Le VOI vise ainsi à créer les conditions d’un échange permettant de définir collectivement les conditions permettant de renforcer la cohésion sociale à l'échelle locale. 

METHODOLOGIE

    • Partant de la définition du concept et de son caractère spécifique et innovant en termes d’approche d’analyse, la définition de la démarche ou de la méthodologie sera proposée par le consultant qui sera recruté.

ZONES DE COUVERTURE

    • Cette prestation se fera au niveau des régions du Centre Nord et Sahel au Burkina Faso à travers les communes de Dori, Falangountou, Gorom- Gorom, Kaya, Kongoussi et Korsimoro

COMPOSITION DE L'EQUIPE ET COMPETENCES REQUISES

    • Un(e) consultant(e) international(e) ou national(e) ou un cabinet expérimenté(e) qui assurera la coordination des activités. L’équipe doit en outre avoir une personne spécialisée et avec des expériences avérées sur les questions de « VOILE DE L’IGNORANCE ». Le coordinateur de l’étude doit avoir les qualifications, expériences et le droit d’utilisation de la méthodologie requises suivantes : 

    • Maîtrise avérée du français et des langues locales des localités concernées (Moore, fulfulde est indispensable au sein de l’équipe);

    • Excellente capacité rédactionnelle;

    • Excellente capacité de synthèse;

    • Plus de 5 années d'expérience en recherche, y compris dans la collecte de données via entretiens individuels, focus groupes et sondages ;

    • Compréhension et expérience dans le domaine des droits humains au Sahel;

    • Compréhension et expérience dans le domaine de l'extrémisme violent au Sahel;

    • Compréhension et expérience dans le domaine de la prévention et gestion des conflits;

    • Capacité de déploiement d’une équipe expérimentée sur le terrain pour la collecte de données sur des questions sensibles au conflit et en zone d’insécurité ;

    • Expérience démontrée (attestation de service fait, ou exemple de recherches pertinentes) dans la réalisation de recherches sur les droits humains et le secteur de la justice serait un atout;

    • Expérienceavecdesorganisationsinternationalesetdansledomaine de résolution de conflits/consolidation de la paix serait un atout;

    • Flexibilité avec le temps et l'horaire de travail.

LIVRABLES

  • Tout au long de ce processus le/la consultant/e devra fournir les résultats suivants :

    •  

    • Un rapport de démarrage détaillant les approches méthodologiques utilisées pour cette étude, les raisons de leur choix, les outils et la taille de l’échantillon, les cibles de l’approche, l’organisation du travail et les équipes mobilisées pour la réussite de cette étude.

    • Développer les modules de formation

    • Développer la méthodologie de formation

    • Concevoir et transmettre les supports powerpoint(PPT)

    • Former les équipes de Search sur la méthodologie VOI

    • Réaliser des groupes de discussions avec les jeunes pour définir les indicateurs de la cohésion sociale 

EVALUATION DES OFFRES

  • Les offres techniques seront évaluées selon les critères suivants :
    NB:Seules les offres financières des prestataires dont les offres techniques totalisent au moins 65 points sur 100 sont éligibles pour l'analyse financière

    Evaluation des offres financières

    Méthode de sélection des offres.

    • Expérience pertinente du consultant /15

    •  Nombre de projets de nature et de complexité similaires exécutés dans les trois (3) dernières années/30

    •  Conformité du plan de travail et de la méthodologie proposés aux termes de référence (approche technique et méthodologie, plan de travail,organisation) /30

    •  Qualification et compétence du personnel clé /20

    • Qualité de la proposition/5

    • L’offre financière la moins disante est notée au total à 25 points. L'offre financière la moins disante obtient le maximum de points prévus pour ce critère. Pour les autres offres financières, elles recevront une note inversement proportionnelle à la note de l’offre la moins disante.

    • La sélection se fera sur la base du rapport Qualité-Coût

    • Les coefficients de pondération fixés en vue du calcul de la note finale par prestataire sont : 75 % pour la note de l'offre technique. Quant à la proposition d’attribution du marché, il sera déterminé à partir de la sommation de la note technique et de la note financière : NF+NF= candidat retenu.

    • La durée totale de la consultation est de 30 jours ouvrables répartis en 5*6 (aussi pas en continus).

DOSSIER DE CNADIDATURE

  • Le dossier de candidature sera composé de :

    • Une proposition technique sur la méthodologie qui sera utilisée pour la réalisation de l’étude;

    • Une proposition financière détaillée des coûts opérationnels de l’étude.

    • Le(s) CV du/des consultant(s)démontrant les capacités et expériences professionnelles en recherche.


Les structures ou personnes intéréessées sont priées d'envoyer leurs dossiers de candidature composés d'une offre technique et une offre financière au plus tard le  23 mars 2022 à 18H00 , à traverser l'adresse suivante : recrutement-searchfaso@sfcg.org  

NB : Les dossiers de candidature doivent porter la mention « « VOILE DE L’IGNORANCE » -PSOP 2-Burkina Faso ». Tout dossier incomplet sera rejeté

Catégorie: 

  • Services Cabinet d'experts

Date limite de validité: 

Dépôt des dossiers au plus tard le  23 mars 2022 à 18H00

Source de l'annonce: 

Search For Common Ground (SFCG)

Partagez cette page avec vos amis